Publié dans Sri Lanka 2012

Jour 8 – La lumière s’est éteinte

20121221-093617.jpg

La saga des filles punies au Senehala Girls Orphanage se poursuit. Je retarde ma présence au Street kids nursery pour accompagner Angela chez les filles, afin d’afficher au 2e étage les dessins qu’elles avaient faits en début de semaine et leur remettre des cadeaux collectés par la communauté allemande à Doha, Qatar. Il s’agit de vêtements neufs ou presque neufs. La remise des vêtements se fera -même – si la punition est toujours en vigueur, par respect pour les donateurs.

À notre arrivée, la responsable qui nous ouvre la porte (ici on parle vraiment d’une porte cadenassé en permanence d’un mur de béton d’une hauteur d’au moins 10 pieds) nous explique gentiment que l’on ne donne pas de cours aujourd’hui. Angela réplique qu’il ne s’agit pas de cours, que l’on vient simplement installer les dessins au mur, que Martin doit terminer la fabrication de la bibliothèque et que Janaka est en route… elle part vérifier si l’on peut entrer. J’ai ici un grand avantage sur tout le monde: je peux exprimer à voix haute – EN FRANÇAIS – ce que je pense, sans que ça fasse une histoire! Finalement, on entre.

20121221-094300.jpg
(Des fleurs pour elles…) Des filles traînent dans la cour intérieure, d’autres dans les escaliers extérieures, certaines flânent près de la cuisine… Cette joie, cette lumière dans leur yeux que je voyais s’allumer à notre arrivée, c’est éteinte. Avec une grosse boule d’incompréhension, on monte au 2e installer nos affiches. Au bout de quelques minutes, deux filles entrent dans le local. Je ne les ai pas vues au cours d’anglais, mais je dois tout de même leur prendre le bras et les accompagner à la porte, car on ne veut surtout pas qu’elles aient des problèmes à cause de nous.

20121221-071223.jpg
Janaka arrive pour la remise des vêtements. Les filles sont rassemblées dans la salle de cours en bas. Il y fait sombre, dans tous les sens du terme. Le peu de joie de vivre qu’elles avaient est disparue. À ma grande surprise, Janaka me dit de prendre toutes les photos que je veux (svp, ne pas distribuer, ni copier). J’ai avec moi que ma petite caméra de poche, mais ça fera l’affaire. Pour avoir un peu de sourires sur la photo de groupe, le mot cheese étant sans effet, je leur lance à voix forte C-A-N-A-D-A, ce qui en fait rire quelques-unes.

J’apprendrai en fin de journée la raison principale de la frustration de certaines responsables. À leur avis, une ou deux bénévoles donneraient trop de câlins aux filles, seraient trop affectueuses. J’ai constaté cela, mais est-ce une raison de les punir elles?

20121221-071807.jpg

Je me rends travailler une heure chez les 0-2 ans en amenant la petite Sophie avec moi, alors qu’Angela s’arrête chez les toddlers (là où j’ai eu mon horrible matinée). La vilaine qui frappe les enfants est là. Malgré que le soleil brille, que le terrain soit sec, elle me dit que je ne peux pas sortir d’enfant dehors. Alors je vais câliner les enfants handicapés qui ne peuvent jouer dans les enclos intérieurs. J’essaierai d’obtenir la permission de faire quelques photos de cette section des bébés prochainement. Il y a une réflexion qui me tracasse depuis quelques jours, je vous en ferai part dans mon prochain post.

Janaka passe nous prendre en vitesse pour nous amener au Street Kids, ma première visite à cet endroit. Hier soir, il nous a conduit – Martin, Angela, les enfants et moi, dans les rues sombres de Galle pour nous pointer les coins et recoins où dorment ses jeunes enfants la nuit.

20121220-204255.jpg
Et voici l’environnement où ils vivent le jour (ci-dessus). Je suis adossée à la bâtisse où les volontaires leur offrent repas, soins et quelques cours. C’est quasi un bidonville. Ci-dessous, deux photos d’enfants vivant dehors la nuit, photo de l’extérieur de notre centre d’aide et photo du local.

20121221-100143.jpg
Nous y restons peu de temps, car la famille du Qatar quitte à 14h. Nous lunchons au Fort dans un resto chic, mais avec culpabilité. En s’y rendant, nous croisons ce groupe de filles sortant de leur collège privé. Les filles du Senehana Gils Orphanage n’auront pas eu la même chance…

20121221-101007.jpg

De retour à la Mission, on s’affaire à préparer des sandwichs pour le party de Noël au Van Reeth Elders’ Home, résidence pour personnes âgées (72). Ce centre est fourni et opéré par des religieuses catholiques. Je suis donc encore la photographe de service. Les soeurs savent bien faire les choses. On a eu un plaisir fou, spectacles de danses, musique dynamique, danse, on a même fait danser quelques jeunes religieuses. Plusieurs bénéficiaires étaient déguisés pour représenter les différents personnages: Joseph, Marie, les rois mages, etc. Voici quelques photos en vrac. Nous sommes revenues vidés, mais tous bien heureux de cette belle fin de journée.

Après le souper, Janaka me conduit chez le médecin, car la blessure à mon bras s’infecte de plus en plus, l’inflammation fait environ 2 pouces et demi de diamètre. Quinze minutes plus tard, je reviens avec une prescription d’antibiotiques. (Ne vous faites pas de soucis, écrivant avec 24 heures de retard, je peux vous assurer que l’infection après 2 antibiotiques est presque toute résorbée). Janaka n’a pas voulu que je paie la consultation, ni les médicaments. – Photos du bas, Alison avec un ange

20121221-111819.jpg

20121221-111925.jpg

20121221-112014.jpg

20121221-112129.jpg

20121221-112822.jpg

20121221-112926.jpg

Auteur :

Passionnée de voyages et de photographie

2 commentaires sur « Jour 8 – La lumière s’est éteinte »

Veuillez écrire votre commentaire dans la boîte ci-dessous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s