Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 10 – Mozusse The Mooses

6:00 – C’est gris et venteux. Il a plu une partie de la nuit.  N’ayant pas le wifi sur mon lot de campement, j’ai dû aller à l’office pour pourvoir me connecter à l’internet et envoyer mes textes et photos sur le blogue.  Ce bureau et mini- dépanneur est aussi le lieu de rassemblement pour la famille et amis des propriétaires du camping avec ces fauteuils, divan et grande table.

Fin du jour tout en vagues sur mon site de campement.

Des gens très gentils, heureux de faire des rencontres. Ils m’alimentent généreusement d’informations et d’endroits à visiter.  Trois ou quatre d’entre eux s’installent derrière moi pendant que je travaille sur mon portable et s’amusent à deviner où j’ai fait  ces photos. Puis on se met à jaser « orignal »…

  • I hate them!!  me dit Pauline la proprio du camping.
  • Oh… why??
  • So many accidents because of them…

Il y a deux jours, Espérance m’a envoyé une photo d’un orignal mort sur le route… frappé par le véhicule qui la précédait.  C’est énorme un orignal!!  D’ailleurs, j’en ai vu trois à ce jour dans la région d’Argentia à mon premier jour.  Une mère et son petit, loin d’être petit, ont passé à toute vitesse devant mon véhicule.  Je les ai filmés tout juste après avoir repris mes sens. Je m’étais fait la réflexion quelques minutes auparavant qu’il n’y avait pas d’enseignes de traverse d’orignaux dans ce secteur probablement parce que c’était en bordure de mer… Erreur!!

Je les crains beaucoup et conduire en ayant les yeux autant sur la route que sur les abords de la route, requiert toute mon attention.  Les limites de vitesse à Terre-Neuve sont de 100 km/h sur les autoroutes (pas nécessairement à quatre voies), 80 à 90 km/h sur les routes principales, 50 à 70 km/h sur les routes secondaires.  La limite descend entre 30 à 40 km/h dans les villages ou communautés, et de 50 ou 60 km/h sur de longues distances, possiblement à cause de la présence d’orignaux.  Des pancartes signalent la mort de 660 orignaux sur les routes annuellement et demandent aux automobilistes de signaler la présence des orignaux aux autorités.

Sur l’autoroute vers St. John’s mardi dernier, il y avait sur la chaussée une énorme mare de sang séché et quelques mètres plus loin, un pare-choc de voiture rouge.  À mon avis, ce n’était sûrement pas une initiation de ratons laveurs qui avaient eu lieu à cet endroit!!

 

(Extrait du Guide Solo VR Terre-Neuve) La péninsule de Burin commence à Goobies et mène jusqu’au petit village de Fortune d’où part le traversier qui vous conduit aux îles françaises de Saint-Pierre-et-Miquelon.  Le trajet est d’une beauté sauvage et offre un panorama stupéfiant.  La péninsule n’est peuplée que sur la côte et entre l’autoroute transcanadienne et la ville de Marystown.  On roule pendant plus d’une heure dans une nature complètement sauvage.  La végétation y est naine, les plaine de tourbe et les marécages succèdent aux petits étangs et à d’énormes cailloux déposés là par la progression des glaciers.  Les pancartes routières affichent des noms de villages qui font foi du passage des Français:  Jacques Fontaine, Bay l’Argent, Grand le Pierre, Famine.

Grand Bank est la localité la plus connue de la péninsule de Burin et l’une des plus belles de la côte atlantique.  Les trésors architecturaux de Grand Bank propose une série de représentations théâtrales qui font revivre le long passé coloré de la ville.  La Héritage Walk (Promenade du patrimoine) offre à la découverte la plupart des vieilles maisons et des bâtiments commerciaux de la ville.

15:30 – J’arrive à Fortune, très heureuse et un peu fatiguée.  J’installe Criquette et Mado, après avoir fait le tour de notre lot et fouiné un peu chez les voisins, se précipite dans son chaud panier pour un dodo bien mérité.  Je vais au port, espérant apercevoir les îles de St-Pierre-et-Miquelon, mais le port est situé dans une étroite baie montagneuse empêchant de voir les îles.  Je les verrai en allant plus au sud à mon départ.

Je fais quelques courses au tout nouveau FoodLand fraîchement ouvert. Petites bouchées et gâteaux pour accueillir la clientèle.

Je ne résiste pas à la tentation de faire un petit tour à Grand Bank tout de suite… tout juste à 6 km de Fortune.  Quel étrange et improbable village.  Nous sommes samedi 17h.. c’est comme si le temps s’était arrêté dans ce village. Je le marche un peu et fais quelques photos.  Je cherche un accès intéressant pour le phare.. sans succès.  Le port, joli et petit.

J’y retournerai demain tôt en matinée pour le voir sous une lumière différente.  Et je m’informerai pour faire du lavage:  Henri est sale; Criquette est très sale; Mado se maintient; et moi.. je m’entretiens! 🙂

J’ai hésité jusqu’à aujourd’hui tant qu’à aller passer deux jours sur les îles françaises, mais je n’irai pas.  C’est un peu compliqué avec la présence de Mado et malgré qu’il y est un chenil près du camping, je préfère ne pas lui imposer cette contrainte et consacrer tout mon temps sur Terre-Neuve-Labrador.

En revenant de Grand Bank vers Fortune… pas facile!

Distance parcourue de Green’s Harbour à Fortune:  310 km. La route était belle à 90% aujourd’hui. Yeah!!  – 19˚C, vent doux et chaud, nuageux et fréquentes percées de soleil.

Auteur :

Passionnée de voyages et de photographie

3 commentaires sur « Jour 10 – Mozusse The Mooses »

Veuillez écrire votre commentaire dans la boîte ci-dessous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s