Publié dans Alaska 2018, Yukon 2018

Jour 16 – Le Dôme – Dawson City

Il mouillasse ce matin;  il mouillassera toute la journée. Jean-Guy, le voisin de terrain de Sherbrooke, me prête une panne pour chercher de l’or. Il m’indique un endroit où l’on peut chercher de l’or sans payer de droits d’entrée.  Mais tout d’abord, je me dirige vers « le Dôme », puis après j’irai ici et là…

??? km, total:  pas certaine.

Le Midnight Dome, à 9 km de Dawson par la Dome Road. 🙂  Cette colline offre une superbe vue sur la ville et les grands sillons des résidus miniers de la vallée de la rivière Klondike. Ça sent tellement bon cet air frais!!  Je me rapproche du silence…

J’aime beaucoup ce bref résumé par le Petit Futé – C’est une petite ville de 2 020 habitants installée sur une berge du Yukon. Il n’en a pas toujours été ainsi.  Dawson City a été le point de convergence de milliers de prospecteurs, après la découverte de pépites d’or dans la rivière Bonanza, à la fin du XIX siècle.

La population y aurait atteint jusqu’à 30 000 âmes et cette ville était le plus grand pôle de l’Ouest, après San Francisco. Certes, en fouillant la boue, on pouvait édifier des fortunes, mais ceux qui, en ville, canalisaient l’or en offrant des distractions aux milliers d’hommes sur place, ont été les vrais fondateurs de Dawson City, qui vit aujourd’hui dans le souvenir.  Souvenir de l’effervescence d’antan, lorsque les maisons de jeu et les saloons étaient ouverts jour et nuit.  On dit d’ailleurs que le propriétaire de l’Auditorium Théâtre aurait, entre 1899 et 1906, empoché plus de 1,5 million de dollars.  Cette ville, témoin d’un passé riche, est une étape incontournable si l’on traverse le Yukon.

Dawson City… Il y a des touristes ici et là, peu en fait. Le flot de touristes est parti avec la canicule.  C’est tranquille et gris. Et beige avec ses rues de gravier, terre et boue, et ses trottoirs de bois.  Ça doit être poussiéreux par temps sec!  Les devantures des maisons sont impeccables, pour la plupart.  J’y déambule doucement et j’ai le sentiment de me promener dans une ville qui se réveille d’un douloureux lendemain de veille. Les touristes, les voyageurs, les travailleurs, les saisonniers, les résidents se confondent.  Un répit bien mérité après un été fort achalandé, selon la jeune serveuse française qui m’a servie pour le lunch aujourd’hui!

 

Je remarque que dans les campings, beaucoup d’occupants sont des saisonniers.  Ils viennent travailler à Dawson ou autres villes du Yukon pour le temps de la saison chaude, deux ou trois mois, ou plus.  Le tourisme hivernal semble attirer également son lot de voyageurs.  Une certaine frange de la population québécoise démontre une très forte attraction pour le Yukon.

La Bonanza Creek Road, route de gravier, traverse l’une des régions aurifères les plus riches d’Amérique du Nord. Le Dredge No. 4 National Historic Site est une des preuves de la ruée vers l’or de 1898-99. –  « En 46 ans, la drague no. 4 a extrait 8 tonnes métriques d’or.  Interruption de l’excavation signifiait perte d’argent; la drague n’était donc arrêtée que brièvement pour permettre la vidange des sluices. La terre chargée d’or était envoyée au camp de Bear Creek pour un dernier triage et la fusion en lingots.

Les traques étaient des engins flottants servant à extraire l’or, et la drague no. 4 était la plus grande drague à coque de bois en Amérique du Nord. Pour extraire la poussière d’or du sol, les godets en ligne creusaient jusqu’à la couche de roche saine et acheminaient le gravier jusqu’à la trémie.  L’or étant lourd, la gravité le triait des déchets de roche au passage dans le tamis rotatif et l’écluse ou le sluice. 

L’écluse fonctionnait comme une batée; elle capturait l’or dans des traverses et des tapis de noix de coco et éjectait les déchets de roche hors du convoyeur empileur. »

Au plus fort de la production, on épurait 23 kg (50 lb/800 oz) d’or tous les 3 ou 4 jours.  Deux fois par mois, l’entreprise expédiait environ une dizaine de nouveaux lingots à la banque.

Les dragues progressaient petit à petit vers l’amont.  Durant une saison de 8 mois, une drague n’avançait que de 0,8 km, travaillant 24 heures par jour, 7 jours par semaine.  Pour creuser, on abaissait le lieu d’ancrage; ensuite les treuils et les câbles la déplaçaient lentement en décrivant un arc pour attraper jusqu’aux dernières particules de gravier aurifère qui se trouvaient au fond de la vallée. »(Infos touristiques)

Le Discovery Claim National Historic Site est le site de la découverte du filon d’or qui a déclenché la Ruée vers l’or du Klondike.

Selon Parc CanadaIl s’agit d’une concession minière délimitée juridiquement qui mesure environ 152,4 mètres (500 pieds) par 609,6 mètres (2000 pieds), située sur le ruisseau Bonanza (appelé ruisseau Rabbit avant la découverte aurifère), un affluent de la rivière Klondike, près de la ville de Dawson, au Yukon. Cette concession, située dans une vallée encaissée, a été fortement exploitée depuis la découverte du gisement d’or, d’abord à la battée, puis à l’aide d’équipements mécanisés, laissant de gigantesques tas de résidus miniers provenant des travaux de dragage dans toute la vallée et dont les collines abîmées portent toujours les cicatrices.

Il y a un mouvement… « Adoptez une rivière », je pense au Québec ou ailleurs.  Anyway.  Si j’avais à adopter une rivière, ce serait celle-ci.  Elle s’est tellement fait brasser la pauvre… rivière Bonanza. Je n’ai pas cherché d’or.  Je ne sais pas comment faire et il n’y avait pas un chat, alors que je m’attendais à ce qu’il y ait quelques personnes que j’aurais observer et ensuite copier!  Mais j’avais aussi laissé la panne dans le camion…

Auteur :

Passionnée de voyages et de photographie

11 commentaires sur « Jour 16 – Le Dôme – Dawson City »

  1. Que de belles choses intéressantes tu vis.
    Au risque de me répéter, ça me rapelle de beaux souvenirs merci de nous partagés ces beaux moments. Je te suis avec grand intérêt.
    Robert

    J'aime

  2. Comme ça, y’avait pas un CHAT … su’l bord de la rivière … Louise, tu es si riche de l’intérieur… qu’est-ce que qu’un lingot ou deux de plus… Bien fait d’oublier la panne dans le camion … Avec le chat ? … Hum… Je suis tes péripéties avec grand plaisir. 🙂 Merci.

    J'aime

  3. Bonjour Louise, revenu d’une semaine de vélo, je me suis mis à jour sur ton périple. Encore de trrrès belles photos. Deux questions: tu n’as pas parlé des moustiques, ni des poissons sur ces beaux fleuves sauvages?😘. B

    J'aime

    1. Bon tu fais du vélo maintenant?? Bravo!! J’ai pas vu de moustiques et puis du poisson, il doit y en avoir car je croise beaucoup de monde avec des cannes à pêche! 🙂

      J'aime

Veuillez écrire votre commentaire dans la boîte ci-dessous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s