Publié dans Alaska 2018, Ouest Canadien 2018

Jour 46 – Sur les traces des dinosaures

Je traîne un peu ce matin, car je ne prends pas la route autrement que pour aller explorer les environs de Drumheller, au nord-est de Calgary.

Rosedale Suspension  Bridge – Ce pont suspendu n’est pas particulièrement haut ni long, mais vous ne l’apprécierez guère si vous avez le vertige!  Tout de grillage, il se balance allègrement au gré du vent.  Il fut utilisé par les mineurs entre 1931 et 1957.  De l’autre côté de la rivière Red Deer, on peut encore voir les mines – aujourd’hui fermées.  C’est tout un feeling de marcher sur ce pont, même lorsqu’au retour, je suis seule à marcher dessus.

Une « Yvette » est passée sur ce pont et a balancé son soutien-gorge en feu.  Non, ce n’est pas le mien!! 🙂  On retrouve aussi ces nombreux cadenas de chance ou d’amour ligotés au grillage.

Pas moins de neuf territoires canadiens sont protégés par l’Unesco.  Le plus vaste est celui des Rocheuses, qui comprend les parcs nationaux Banff, Jasper, Kootenay et Yoho, ainsi que les parcs provinciaux du mont Robson, du mont Assiniboine et Hamber.  

Peu avant Drumheller, la route plonge dans le paysage théâtral de la Red Deer Valley, qui ressemble à un gros gâteau avec ses multiples couches.  Cette ville fondée sur l’exploitation du charbon profite désormais d’une autre ressource souterraine:  les fossiles de dinosaures.  Petite bourgade située au beau milieu des énigmatiques Badlands de l’Alberta, elle est aussi au coeur du Dinosaur Trail.

 

Les étés sont chauds et la profonde vallée fluviale dans laquelle se trouve Drumheller rompt agréablement la monotonie des prairies.  Les Hoodoos (photo ci-dessus) sont emblématiques des paysages des Badlands:  cette terre aride et désolée, d’une grande beauté, a figuré dans de nombreux films, principalement des westerns.

Le Dinosaur Trail est un circuit de 48 km qui part du nord-ouest de la ville et emprunte les routes 837 et 838.  Le panorama mérite largement le voyage.  Terres arides des Badlands et rivières vous attendent à chaque virage.

La petite route 10X qui compte 11 ponts sur 6 km depuis Rosedale jusqu’au petit hameau de Wayne (33 habitants) vaut le détour.  Ce hameau abrite un saloon bien connu, Last Chance Saloon,   car on le dit hanté!!

J’emprunte aussi les petites routes de terre, affichées « à vos risques et périls ».  Le GPS me permet de voir où cela me mène.  L’un d’elles m’offre la belle surprise d’un gros troupeau de bisons. 🙂

Le canyon Horsethief, qui est bien loin de la taille du Grand Canyon, offre de beaux points de vue. C’est profondément bouleversant d’observer ce que la nature a façonné.

Je vois à tout moment des panneaux pour aller au ferry.  Ne sachant pas de quoi il s’agit, je décide de suivre les indications pour le ferry.  Ça doit être un truc historique..

Oui c’est historique et c’est un vrai ferry opérationnel!  Si je ne le prends, je devrai faire un grand détour pour revenir à Drumheller.  En me voyant arriver, le capitaine qui manoeuvre le ferry, se dirige lentement de mon côté.  Il me fait signe de monter;  un autre véhicule arrive derrière moi et monte également.  J’entends le capitaine demander à l’autre conducteur « pour combien de personnes? ».  Je descends de mon véhicule:

– Bonjour!  Combien je vous dois?
500$! répond le capitaine.
– Hahaha!
C’est gratuit madame! Il me tend la main.  Bonjour, je m’appelle Terry! Ce type, à l’âge de la retraite, a un plaisir évident à faire son travail.

L’autre couple descend de voiture et nous entamons une belle conversation le temps de faire monter un autre véhicule.  Ils sont de Drumheller, mais lorsque son mari va la chercher au travail (je comprends qu’elle travaille au musée), ils aiment faire ce détour qui leur permet de prendre ce ferry historique – tiré par des câbles et opérationnel depuis 1913.  Ils me posent beaucoup de question sur mon voyage, ma façon de voyager; la dame flatte Mado par la fenêtre entrouverte.  Une belle rencontre, des gens très sympathiques!

Le superbe musée Royal Tyrrell of Palaeontology figure parmi les plus importants au monde consacrés aux dinosaures.  Même si vous n’avez pas une âme de paléontologue, vous en sortirez ébloui.  Parmi les joyaux des étonnantes collections se trouvent « Hell-Boy », un tout nouveau dinosaure découvert en 2005, et « Black Beauty », un tyrannosaure de 67 millions d’années. (Lonely Planet)  On peut même voir les experts travailler dans le laboratoire. On peut facilement y passer une journée entière!

 

 

Auteur :

Passionnée de voyages et de photographie

14 commentaires sur « Jour 46 – Sur les traces des dinosaures »

  1. C’est vrai que c’est dépaysant et, au risque de me répéter, tes photos sont encore une fois très belles et d’une réalité à toute épreuve. Encore, encore!

    J'aime

  2. À ce que je lis tout semble sortir de la magie , et tout est extraordinairement beau , tu es très chanceuse de pouvoir te gaver de si beaux endroits, bien profite de tout ce que la VIE t’offre présentement,ma belle LOU…bisous😘

    J'aime

  3. Ouf ! quel voyage. Chaque région ou coin de pays mérite un voyage complet à lui seul. Bientôt le chemin du retour. Merci de tes généreux partages Louise et que les dieux de la route te soient profitables +++
    Serge, du Yukon, mais seulement 3 jours de routes au-dessus de toi 😉

    J'aime

Veuillez écrire votre commentaire dans la boîte ci-dessous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s