Publié dans Alaska 2018, Ouest Canadien 2018

Jour 47 – La vallée des secrets cachés

Lundi dernier, suite à la recommandation d’un commis à l’épicerie, j’ai acheté des pâtes de kâle et un pot de sauce tomates et champignons.  Hier soir, je fais cuire les pâtes et les pare de la sauce.  Je m’installe affamée… Simonac!  C’est presque « méchant »!!  Et je me dis: « Continue, tu vas voir après 3-4 bouchées ton cerveau comprendra que ce n’est pas « méchant, mais juste nouveau et différent ».  Alors, j’ai continué et… ça pas marché!!!

Wow! Pas un, ni deux, mais bien quatre chevreuils d’un coup!!

438 km – total 14 106 km – 9:00 – Je pars sans déjeuner.  Je n’ai plus de pain!  Ça fait deux fois que ça m’arrive. Je prépare le team et on quitte.  Je ramasse muffin aux oeufs-fromage, café chez A&W et le mange dans la voiture. Je prends toujours – ou presque mes repas avec Mado, dans la roulotte généralement. Je lui donne à manger en même temps. Je mange, elle mange.  Je la laisse à tout moment pour faire des photos, pour visiter ici et là. Alors quand il est temps de manger, je veux lui donner du temps de qualité. Les chats dormant beaucoup, l’heure du midi est un moment très éveillé chez Mado alors je suis là.

Route 724 à l’est de Maple Creek

Le sud des provinces est bien différent de ce que j’ai vu plus au nord à la fin juillet.  Beaucoup de culture de céréales, les moissons sont en cours et terminées comme ici sur la route entre Drumheller et l’autoroute trans-canadienne.

11:15 – À 75 km de Medecine Hat, les champs de culture laissent le terrain aux pâturages jaunis, rôtis à perte de vue. Et des pylônes électriques à perte de vue. Pas de pompes à pétrole non plus. Ce n’est pas une belle région.  Un désert, mais sans la beauté du désert.

12:30 – Je m’arrête à l’entrée de Medecine Hat pour le lunch, encore sur le bord d’une voie ferrée.  Elles sont partout! 🙂  Dès que j’arrive en Saskatchewan, je quitte l’autoroute pour aller voir le village de Maple Creek, recommandé par Serge.  De la belle verdure!  Les érables sont nombreux et jalonnent les rues du village.  Je m’arrête à la Coop faire quelques achats et je poursuis ma route vers Eastend.

Isolée au sud-ouest de la Saskatchewan, Eastend affiche parfois le calme d’une cité fantôme, mais ne manque toutefois pas de cachet.  Nichées au creux d’une petite vallée, les quelques rues du bourg sont bordées de bâtiments anciens datant de sa fondation, en 1914.  

Eastend doit sa renommée à la découverte, en 1994, de l’un des squelettes les plus complets de Tyrannosaurus rex jamais mis au jour. Situé à flanc de colline, le moderne T-Rex Discovery Centre, antenne du Royal Saskatchewan Museum de Regina, est un laboratoire de travail superbe. (lonely planet)

En route vers Eastend, les pâturages asséchés montrent des signes de verdure. Parfois quelques bovins traînent autour d’un petit oasis de verdure autour d’un plan d’eau.  La faune est très présente:  plusieurs chevreuils, même un loup s’est fait surprendre sur le bord de la route!  Par le temps que j’empoigne ma caméra et rabaisse toutes les vitres sauf la bonne, il avait fui à toute vitesse. 🙂

16:10 – La route 614 offre un paysage de film western. Il semble que je serai sur la gravier jusqu’à Eastend, total de 86 km.  Heureusement le chemin est impeccable, mieux que bien des routes en asphalte, mais je fais tout un nuage de poussière à Criquette!!  Par cette poussière, je peux voir au loin si des véhicules s’approchent.  Tous les véhicules ralentissent, presque à l’arrêt, au moment de me croiser pour ne pas me lancer des roches.  Et on me salue de la main!!

Ça me rappelle ma rencontre avec un couple d’italiens en montagne sur le site d’observation du Lac Louise.  Alors que je discutais avec les filles d’Argentine, arrive un couple – à bout de souffle.  Nous nous saluons et débutons la conversation d’usage: d’où êtes-vous? où allez-vous, combien de temps, etc.  L’homme m’explique qu’ils sont arrivés depuis deux jours.  Ils ont choisi cette destination (ouest canadien) pour le « wild life ».  Leur agence de voyage les a assurés qu’ils verraient beaucoup d’animaux sauvages.  Son ton est contrarié et déçu car depuis leur arrivée (48 heures), aucun animal s’est pointé devant eux!  Nooon!  Je n’ai pas ri! J’ai de la classe quand même!!

17:30 – J’ai une application, Allstays, sur mon iPhone qui me donne tous les services qui se trouvent sur ma route, services relatifs au VR: campings publiques ou privés, les stations de vidange, les garages de réparation pour VR, etc.  Je l’ai consulté pour trouver un camping à Eastend et il n’y a rien! Rien avant Val Marie, soit à plus d’une heure trente de route.  J’y serais vers 19h-19h30.  Ouf… Je repars du musée (fermé) et entre enfin dans le village sur l’asphalte!  🙂  Je cherche un commerce où je pourrai m’informer pour avoir un endroit où m’arrêter pour la nuit avec électricité, si possible.  La nuit prochaine n’atteindra pas le 2 C de ce matin, mais tout de même 7 C.

Je roule à peine 500 mètres que je voie une pancarte annonçant « Eastend Town Campground – full services »!!  Yeah!!  Prochaine rue à gauche et me voilà dans un superbe espace en bordure de la rivière Frenchman.  Un site d’auto-enregistrement:  tu prends une enveloppe, écris tes coordonnées, le numéro du site choisi et tu insères l’argent dans l’enveloppe et la mets dans une boîte à cet effet.

Ma joie d’avoir trouvé un camping à Eastend s’assombrit un peu en ouvrant la porte de la roulotte:  il y a une couche épaisse de poussière beige à la grandeur!!!  Partout!! Je comprends rapidement que la porte n’est pas étanche, ainsi que les ventilations de la toilette et la cuisine.  Les fenêtres semblent être bien étanches.  Hey ce que je suis fière d’avoir apporté mon aspirateur!  Je mets tout de même presqu’une heure trente à tout nettoyer.  Au moins il fait beau et chaud, alors la minoune s’amuse dehors pendant que Mom nettoie!  Encore! 🙂  J’aurai donc à trouver des solutions pour « étanchéifier »  la belle Criquette!  Jusqu’à maintenant, les routes de gravier que j’ai empruntées étaient mouillées ou en boue.

Un pick-up passe lentement dans le parc-camping.  La dame me salue et je lui retourne son salut et lui fais signe de s’arrêter.  Je lui demande des informations sur le coût du camping et où prendre l’enveloppe.  Elle me donne le coût (20$) et s’offre pour aller me chercher l’enveloppe. J’accepte, car je suis assez loin de l’endroit (devant les toilettes du camping).  Elle travaille pour la ville.

20:15 – Mado monte toute énervée sur la table et regarde par la grande fenêtre.  Il fait sombre. Je jette un oeil, je vois un grand chien, non plutôt deux.  Ben non, ce sont des chevreuils!! Quatre chevreuils – trois petits et une femelle,  juste là devant mon véhicule.  J’empoigne ma caméra et sors doucement sans claquer la porte… j’arrive près du capot, regarde dans le viseur et déclenche…!  *&?%*&?  J’ai pas de carte mémoire!!  Je viens tout juste de la mettre dans mon ordi pour transférer mes photos du jour.  Allez contente-toi de les observer!  🙂

Auteur :

Passionnée de voyages et de photographie

4 commentaires sur « Jour 47 – La vallée des secrets cachés »

  1. Bon y’a de l’espoir. Vous êtes su’l bon chemin pour vous en revenir. J’ai vu la carte. Merci! Ça me rassure.

    Encore des belles photos Louise!!! Pis je parle pas de celles qui sont dans ta tête.

    Momo xx

    J'aime

Veuillez écrire votre commentaire dans la boîte ci-dessous!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s