Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 28 (dernier post)- Cabot trail… cahoteuse!

8:00 – On prend la route pour faire la renommée Cabot Trail sur lÎle du Cap-Breton. Après avoir consulté quelques gens de la place, faire la boucle d’un sens ou dans l’autre n’a pas d’importance, ce serait beau dans toutes les directions.  Alors je la ferai dans le sens contraire de l’horloge.  Je prends la sortie 11 à St. Anns, mais là le doute m’assaille.  J’ai oublié de faire le plein en quittant le camping et je suis presque à sec pour la première fois depuis le début de mon voyage.  Je m’étais obligée à ne pas rouler trop en bas de la moitié du réservoir, j’ai donc visité de nombreuses stations d’essence. Je vérifie sur mon GPS et sur mon iPhone pour une station d’essence à proximité et aucune n’est indiquée à proximité sur le circuit de la Cabot Trail.  Alors je me dirige à Baddeck où je pourrai faire le plein et prendre la Cabot Trail dans le sens de l’horloge.

Lire la suite de « Jour 28 (dernier post)- Cabot trail… cahoteuse! »

Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 27 – Bye bye Newfoundland!

3:30 –  Ben trop d’bonne heure mozusse!!  Il pleut beaucoup.  C’est ce qui me réveille de toute évidence.  Hier soir, la météo s’annonçait moche pour les prochaines 24 heures, je décide donc de ne pas faire le tour de la péninsule française et de réserver mon traversier pour aujourd’hui 11:45.  Soupir… vite de même… c’est comme si je n’y avais pas pensé auparavant.  Puis j’aurai le temps de visiter la Nouvelle-Écosse un peu plus… Essaie de te rendormir jeune fille, le réveil est pour 5:30.

(N’ayant pas fait de photographie aujourd’hui, je publie quelques photos inédites au cours de mon séjour à Terre-Neuve.)

Lire la suite de « Jour 27 – Bye bye Newfoundland! »

Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 26 – J’ai marché sur Mars!!

6:00 – Hier soir en allant au lit, je ne savais pas trop si j’allais faire un aller-retour aux Tablelands, 150 km aller-retour de mon camping, ou si j’allais me rendre avec Criquette et cie jusque-là, et ainsi m’épargner de revenir sur mes pas. La fille au bureau touristique ne me recommandait pas d’y aller avec la roulotte…  En me réveillant, la décision est prise:  on lève le camp!  Avant de partir pour ce long périple, je m’inquiétais évidemment face aux risques de me mettre dans le trouble avec la roulotte et d’avoir de la difficulté à m’en sortir.  Je me suis mise dans le trouble à quelques reprises et je m’en suis bien tirée! L’expérience vient avec la pratique, pis lâ-lâ… je pratique pas mal depuis quelques semaines!  🙂

Lire la suite de « Jour 26 – J’ai marché sur Mars!! »

Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 25 – Fjord et tourbières

La croisière sur ce fjord intérieur d’eau douce se mérite!  Trois kilomètres de marche à travers tourbières et forêt de conifères. Encore une fois, tous mes sens sont sollicités. Quelques panneaux d’interprétation alimentent ma compréhension de ce milieu unique où certaines plantes se nourrissent d’insectes en les attirant dans leur coupole remplie d’eau et en les noyant. Des plantes carnivores!!!  Et moi la végétarienne qui mange peut-être des plantes… qui mangeraient des animaux??  🙂

Les nuages se sont éclatés!!

Lire la suite de « Jour 25 – Fjord et tourbières »

Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 24 – Gros Morne

Hier soir vers 21h, alors que j’attendais Todd le gérant du camping (et que j’y étais la seule cliente dans cette immensité devant la mer hurlante), on frappa très fort à ma porte.  Je sursautai!  En ouvrant la porte, je crie:  « Hey Todd!  It’s me again! »(car j’y étais mercredi et jeudi) Ce n’est Todd, mais plutôt un homme âgé, barbe blanche, avec un accent étrange…

Le phare à Lobster Cove Head. J’irai explorer ce coin plus longuement ces jours-ci.

Lire la suite de « Jour 24 – Gros Morne »

Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 23 – Toc ke-toc, ke-toc, toc-ke-toc, toc-toc ke-toc-toc

6:00 – J’ai manqué de beurre de peanuts ce matin.  Ça ne m’arrive pas souvent.  J’en dirai pas plus. Je l’ajoute donc à ma liste d’épicerie. Ainsi qu’un gallon d’eau. Je prépare Criquette pour le départ.  Je la reprendrai à mon retour en ville, à St. Anthony

Ça fait trois jours que je brette. Je dois resserrer les écrous du stabilisateur d’accouplement.  En termes simples, il s’agit d’un bidule que l’on place autour du hitch et qui permet de réduire passablement les rattles de l’attelage, soit la patente où l’on visse la boule et qui pénètre dans le hitch… entoucas j’me comprends!!  Sans ce truc, chaque petit mouvement sec fait un toc ke-toc, ke-toc, toc-ke-toc, toc-toc ke-toc-toc assez désagréable à la longue, tant par le bruit que par les contrecoups que ça fait sur le véhicule.

Hier sur la mauvaise route menant à L’Anse aux Meadows, Criquette toc-ke-tocait dans le derrière d’Henri pas à peu près!  Il faut donc régler ça, mais à ma défense, j’attendais d’avoir un espace sec offrant une certaine intimité, car il faut que je m’accroupisse sous Henri pour faire le travail.  Pour plus de confort, j’installe un tapis de yoga sous le derrière d’Henri (et sous le regard de Mado).  Si quelqu’un m’aperçoit, je n’aurai qu’à faire un genre de salut au soleil!   Après quelques tours et retours de clé anglaise, c’est réglé!!  Lorsque Criquette sera de nouveau accouplée avec Henri et que ça zignera fort sur la route, il n’y aura plus de toc ke-toc, ke-toc, toc-ke-toc, toc-toc ke-toc!

En bordure d’un port intérieur, St. Anthony abrite la plus importante communauté du nord de la Grande Péninsule du Nord.  Depuis 1922, la ville est le siège social de la Grenfell Mission, mise sur pied afin d’offrir des soins médicaux aux populations isolées du nord de Terre-Neuve et du Labrador.  La mission a été fondée par le docteur Wilfred Grenfell (1865-1940), qui, à partir de 1894, a développé le premier véritable réseau d’hôpitaux, d’infirmeries et d’orphelinats dans la région. (Extrait Découvrir Terre-Neuve et St-Pierre-et-Miquelon)

Le Grenfell Historic Properties offre une exposition qui relate l’oeuvre exceptionnelle et la vie du médecin.  Une vie consacrée au bien-être des autres, en particulier aux gens du Labrador. J’ai pu visionner un documentaire assez bouleversant sur cet homme, Sir Wilfred Thomason Grenfell, originaire d’Angleterre, qui a consacré sa vie à alléger les souffrances, physiques et psychologiques, et a créé un impressionnant réseau de soins de santé qui a grandement contribué à la qualité de vie qui existe aujourd’hui dans ces régions.

Je me suis posée sur ce banc pendant un moment. Une plaque est apposée sur le dossier: « This is my home » Tony Walker 1961-2014

Il fait beau et même chaud… et il vente!!!  Je vais au bout la route de St. Antony pour voir le phare.  La mer est magnifique! Et il y a ce banc de Tony Walker.

Ce que voyait Tony Walker de son banc.

Je m’arrache difficilement de cet endroit troublant de beauté et de sens.  Et puis il y a Mado qui m’attend patiemment dans le véhicule.  Je passe prendre Criquette et on reprend la route vers le sud.  Les fortes rafales déstabilisent la roulotte, alors je m’arrête pour installer la barre anti-roulis.  Je pensais me rendre à Gros Morne, mais je décide plutôt de passer la nuit à nouveau à Port au Choix après un 230 kilomètres de grandes rafales épuisantes.

La preuve qu’il a beaucoup venté!

Ce troisième dodo à Port au Choix me permet de visiter le Ben’s Studio.  Une édition du Lonely Planet avait déjà mentionné qu’il y avait trois choses à voir à Terre-Neuve: St. John’s (la capitale), le Parc national du Gros Morne et Ben’s Studio! Comme on dit d’un Terre-Neuvien de souche: « Ben is born and bred on the rock » – Né et élevé sur le roc.  Un artiste de grand talent!!

Et je pourrai aussi demain matin allez à The Bakery, le dernier top 5 de Port au Choix à visiter, qui est ouvert que le samedi à cette période-ci de la saison touristique.  Deux soeurs exploitent cette boulangerie où l’on peut y acheter des brioches divinement décadentes!!

Distance parcourue: 230 km | 19˚C Soleil-nuages, pluie en ce moment et toujours de grands vents.

Publié dans Terre-Neuve et Labrador 2017

Jour 22 – L’Anse aux Meadows

6:00 – Je prends ma douche.

7:00 – Je reprends ma douche.  En plein air! Je sors de la roulotte pour la préparer à son départ.  Criquette baigne dans l’eau!  Une belle eau claire!  Je vais pouvoir tester mes nouvelles bottes de pluie.  Tout est dans l’eau:  mon boyau pour l’eau , mon branchement électrique… oooohhhh, mes pattes stabilisatrices à l’arrière sont dans l’eau jusqu’à mes chevilles.  Après avoir consulté les prévisions pour Port au Choix et pour St. Anthony, j’ai décidé de quitter tôt pour « peut-être » pouvoir visiter le lieu historique national de l’Anse aux Meadows avant que les grosses pluies annoncées, via une alerte sur MétéoMédia,  s’y abattent.

J’aime reprendre la route tôt en matinée. Rouler et dérouler des kilomètres de bitume.  La conduite est difficile ce matin, car les ornières laissées par le passage des véhicules sont remplies d’eau.  Je dois rouler sur la ligne jaune pour éviter l’aqua-planage.

Le nom des communautés affiché sur les panneaux routiers est parfois très amusant:  Nameless Cove, Come by Chance… Et à tout moment, une pancarte annonçant des nids-de-poule…grrr.. La petite route 436 bifurquant vers L’Anse aux Meadows est en très mauvais état.  En arrivant à Gunners Cove, la baie se couvre rapidement de brouillard.  J’arrive à me stationner dans l’entrée du dépanneur de la place pour dégager la route et faire quelques photos.

C’est tellement magique!  Ces barques qui sommeillent timidement… ce village drapé d’un voile blanc immaculé. J’ose me déplacer sur les terrains privés à l’arrière des maisons, car je ne veux pas rater ce moment qui change à chaque instant.  C’est fascinant de voir ce banc de brume se mouvoir, se balancer…doucement, sans faire de bruit… Puis s’en aller!

Enfin je me stationne sur le site de L’Anse aux Meadows.  La pluie a cessé, alors j’installe Mado dans la roulotte et lui mets du chauffage (la pauvre… elle est frileuse) et je me prépare rapidement un lunch pour faire la randonnée de 4 km sur le site.

Pas facile de se faire à manger avec une vue pareille de ma cuisine! 🙂

L’Anse aux Meadows est le seul site reconnu de colonisation scandinave en Amérique du Nord.  Les scandinaves ont voyagé jusqu’ici vers l’An 1000.  Les vestiges archéologues de leurs habitations baronnies témoignent des premières constructions européennes et de la première forge connue dans le Nouveau Monde.  De ce campement partaient les expéditions qui ont donné lieu aux premières rencontres entre les autochtones et les européens. (Parcs Canada)

En 1978, l’Anse aux Meadows devint le premier site culturel à figurer sur la liste du Patrimoine mondial de la convention de l’Unesco.  L’inscription sur cette liste consacre la valeur exceptionnelle d’un bien culturel ou naturel afin qu’il soit protégé au bénéfice de toute l’humanité.  L’Anse aux Meadows se classe parmi les principaux sites archéologiques du monde. (Parcs Canada)

Il y a cent mille ans, certains de nos ancêtres ont quitté le berceau de l’humanité en Afrique pour migrer graduellement vers l’est et l’ouest.  Les humains ont terminé cette migration autour de la Terre quand les Vikings ont rencontré les Autochtones d’Amérique du Nord au Vinland il y a mille ans.  L’humanité avait alors effectué le tour complet du globe. (Parcs Canada)

Le camp érigé par Leif Eriksson sur le site de L’Anse aux Meadows daterait de l’an 1000.  Il comprenait huit bâtiments et servait de port d’attache aux Vikings dans leurs expéditions le long de la côte atlantique.  On estime que de 80 à 100 Vikings y habitaient.  Toujours selon les sagas, la colonisation scandinave de l’Amérique du Nord aurait toutefois échoué quelques années plus tard, en raison des conflits qui les opposaient aux Autochtones.  (Guide Découvrir Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon)

On peut comprendre les Vikings de s’être installés à cet endroit.  C’est vraiment de toute beauté.  Marcher dans leurs pas, regarder dans la même direction, être là où la boucle a été bouclée pour ce tour complet du globe par l’humanité. C’est très émouvant.  Et encore aujourd’hui, Dame Nature m’offre une ambiance d’une grande beauté.

La pluie cesse le temps d’installer Criquette au Triple Falls Campground à St. Anthony. Et puis c’est jour de lavage de la literie!

Distance parcourue:  274 km   –  Pluie assez soutenue toute la journée, sauf pendant ma balade à Meadows! 🙂